Magazine scientifiques et médicaux internationaux pour les professionels de la santé animale

Numéro du magazine 25.3 Other Scientific

Les traumatismes thoraciques

Publié 21/04/2021

Ecrit par Manuel Jiménez Peláez et Lucía Vicens Zanoguera

Aussi disponible en Deutsch , Italiano , Español et English

Les cas de traumatisme thoracique sont fréquents en clientèle canine et doivent toujours être considérés comme des urgences. Le traumatisme est la conséquence d’un accident de la voie publique (AVP) dans 11 à 40 % des cas et des fractures sont associées dans 20 à 60 % des cas.

Radiographie latérale révélant la présence d’un plomb dans le myocarde d’un chat.

Points clés

Les cas de traumatisme thoracique sont fréquents en clientèle petits animaux et doivent toujours être traités en urgence.


L’éventualité d’un pneumothorax doit toujours être envisagée en cas de traumatisme thoracique, jusqu’à la preuve du contraire.


La thoracocentèse bilatérale peut être à la fois diagnostique et thérapeutique en cas de pneumothorax, et doit être réalisée avant toute radiographie.


L’hémothorax est rare chez les animaux, mais une perte importante de sang dans la cavité thoracique peut se développer suite à un traumatisme.


La majorité des cas d’hémothorax secondaire à un traumatisme fermé ne nécessitent pas de chirurgie et peuvent être traités de manière conservatrice.


Les morsures au thorax peuvent s’avérer très problématiques ; même en l’absence de perforation cutanée, certaines morsures peuvent provoquer des lésions internes massives. L’exploration chirurgicale de toutes les plaies par morsure est indispensable.


La douleur intense liée aux fractures costales, associée une éventuelle atteinte pulmonaire, contribue à l’hypoventilation : une bonne prise en charge de la douleur est vitale chez ces animaux.


 

Introduction

Les cas de traumatisme thoracique sont fréquents en clientèle canine et doivent toujours être considérés comme des urgences. Le traumatisme est la conséquence d’un accident de la voie publique (AVP) dans 11 à 40 % des cas 1 et des fractures sont associées dans 20 à 60 % des cas 2 3. En dehors des AVP et traumatismes contondants (type coups), les causes les plus courantes sont les morsures et les blessures pénétrantes par empalement, coup de couteau et arme à feu. Cependant, beaucoup d’animaux victimes de traumatisme thoracique arrivent sans aucun signe ni aucune lésion ; en effet, les signes peuvent apparaître et progresser jusqu’à 24 à 48 heures après l’accident. 

 

Prêt à accéder à davantage de contenu ?

Quiconque travaillant dans le domaine vétérinaire peut s'inscrire et avoir accès au magazine Veterinary Focus.

Inscrivez-vous

Déjà inscrit ? Accédez ici