Magazine scientifiques et médicaux internationaux pour les professionels de la santé animale

Numéro du magazine 26.1 Autre scientifique

Anesthésie lors de césarienne chez la chienne

Publié 16/03/2021

Ecrit par Bonnie Hay Kraus

Aussi disponible en Deutsch , Italiano , Español et English

Le principal objectif de l’anesthésie lors de césarienne est de limiter les effets des anesthésiques sur les fœtus pour limiter la dépression de leurs systèmes respiratoire, nerveux central et cardiovasculaire et donner naissance à des chiots vivants et vigoureux. 

Préparation pour une réanimation néonatale

Key points

Les principaux objectifs de la césarienne sont de mettre au monde des chiots vivants et vigoureux tout en procurant une analgésie adaptée à la mère.


Le risque anesthésique est accru lors de césarienne en raison des changements physiologiques associés à la gestation.


La planification et la préparation sont importantes pour les chirurgies de convenance comme d’urgence.


Une ventilation, une oxygénation et une perfusion optimisées de la mère sont bénéfiques à la mère et à sa portée.


La réanimation néonatale vise principalement à stimuler la respiration et à favoriser une oxygénation et une température correctes.


Les analgésiques le plus couramment utilisés peuvent être administrés sans danger aux chiennes allaitantes, sans risquer de nuire aux nouveau-nés.


Introduction


Le principal objectif de l’anesthésie lors de césarienne est de limiter les effets des anesthésiques sur les fœtus pour limiter la dépression de leurs systèmes respiratoire, nerveux central et cardiovasculaire et donner naissance à des chiots vivants et vigoureux. Il est aussi important de procurer une analgésie adaptée à la mère que de prévenir les complications liées à l’anesthésie, de type hypotension, hypoventilation, hypoxémie, hémorragie ou hypothermie, qui augmenteront la morbidité et la mortalité à la fois de la mère et des chiots. Les propriétés physicochimiques qui permettent aux médicaments de traverser la barrière hématoméningée facilitent également leur passage transplacentaire, et il faut donc partir du principe (à de très rares exceptions près) que les anesthésiques, analgésiques, sédatifs et tranquillisants traversent le placenta. Un temps de travail prolongé provoque des altérations physiologiques chez la mère, entraînant une dépression fœtale liée à la baisse de perfusion placentaire, à l’hypoxémie et à l’acidose. La mortalité maternelle et néonatale est significativement plus élevée lors de césarienne d’urgence que lors de césarienne de convenance 1 2. La planification et la préparation sont des étapes extrêmement importantes pour la survie des chiots lors de césarienne d’urgence comme de convenance, et il est essentiel de bien comprendre les modifications physiologiques qui ont lieu chez la chienne et l’impact potentiel des anesthésiques pour pouvoir optimiser les résultats chez la mère comme chez les fœtus (Figure 1).

Figure 1. Maintenir une ventilation, une oxygénation et une perfusion correctes chez la mère permettra d’optimiser le devenir des fœtus. © Stephanie Kelley and Rhonda Snitker of Snitker Goldens, Waukon, IA USA

Prêt à accéder à davantage de contenu ?

Quiconque travaillant dans le domaine vétérinaire peut s'inscrire et avoir accès au magazine Veterinary Focus.

Inscrivez-vous

Déjà inscrit ? Accédez ici