Magazine scientifiques et médicaux internationaux pour les professionels de la santé animale

Numéro du magazine 26.1 GI tract

Le parvovirus canin

Publié 24/03/2021

Ecrit par Nicola Decaro

Aussi disponible en Deutsch , Italiano , Español et English

Le parvovirus canin (CPV) est un petit virus non enveloppé constitué d’une capside sphérique (composée de trois protéines : VP1, VP2 et VP3) contenant une molécule d’ADN, simple brin linéaire codant pour deux protéines non structurelles (NS1 et NS2) et deux protéines structurelles (VP1 et VP2). 

Image en microscopie électronique de particules de parvovirus colorées négativement (grossissement x 25.000).

Key points

Le parvovirus canin est le principal agent responsable de gastroentérite aiguë chez les jeunes chiots et il est présent dans le monde entier.


Trois variants antigéniques ont totalement remplacé la souche originale, et leur distribution varie selon les zones géographiques.


Les signes cliniques caractéristiques incluent vomissements, diarrhée hémorragique et leucopénie, et les taux de mortalité peuvent atteindre 60-70 % dans les élevages et refuges infectés.


Les tests de dépistage à réaliser à la clinique sont peu sensibles, et d’autres analyses basées sur la méthode PCR peuvent être nécessaires.


Le traitement est essentiellement symptomatique, même si plusieurs antiviraux ont été évalués.


La vaccination des chiots reste la stratégie la plus efficace pour contrôler l’infection, malgré une possible interférence avec les anticorps d’origine maternelle et une inadéquation suspectée entre les virus vaccinaux et les souches sauvages.


Introduction

Le parvovirus canin (CPV) est un petit virus non enveloppé (Figure 1) constitué d’une capside sphérique (composée de trois protéines : VP1, VP2 et VP3) contenant une molécule d’ADN, simple brin linéaire codant pour deux protéines non structurelles (NS1 et NS2) et deux protéines structurelles (VP1 et VP2). VP2, la principale protéine de la capside, est responsable de l’antigénicité du virus 1 2. La nomenclature de la famille des Parvoviridae a été récemment révisée, le CPV étant désormais inclus dans l’espèce unique Carnivore proto-parvovirus 1 avec le virus de la panleucopénie féline (FPV) et d’autres parvovirus apparentés des carnivores 3.
 

Figure 1. Image en microscopie électronique de particules de parvovirus colorées négativement (grossissement x 25.000). © Nicola Decaro

 

Prêt à accéder à davantage de contenu ?

Quiconque travaillant dans le domaine vétérinaire peut s'inscrire et avoir accès au magazine Veterinary Focus.

Inscrivez-vous

Déjà inscrit ? Accédez ici