Magazine scientifiques et médicaux internationaux pour les professionels de la santé animale

Autre scientifique

La dermatite atopique féline démystifiée

Publié 15/04/2021

Ecrit par Jennifer Schissler

Aussi disponible en Deutsch , Italiano , Español et English

L’atopie féline peut être frustrante à diagnostiquer et à traiter mais, dans cet article, Jennifer Schissler démystifie certaines des questions qui se posent à propos de cette affection.

A cat with an indolent ulcer in partial remission; erosions remain on the upper left lip and tissue loss of the upper lip is permanent.

Points clés

Le diagnostic de dermatite atopique féline se fait par exclusion et une approche structurée est essentielle pour parvenir à un diagnostic précis.


Le prurit peut être ou non évident mais savoir reconnaître les lésions caractéristiques aide le clinicien à choisir les étapes appropriées pour le diagnostic.


Il est essentiel de soulager le prurit en tenant compte de son évolution aiguë et chronique ; dans la phase chronique, il faut chercher à limiter ou à éliminer les glucocorticoïdes. 


Communiquer avec le client est primordial pour le succès ; les propriétaires doivent être conscients que la dermatite atopique ne sera jamais guérie et devra être traitée à vie.


Introduction

La dermatite atopique féline est une affection inflammatoire, presque invariablement prurigineuse, avec des manifestations cliniques caractéristiques. La présentation clinique peut être très différente de celle de l’atopie canine et l’étiopathogénèse est moins bien connue. Comme pour le chien, il s’agit cependant d’une réaction d’hypersensibilité à des allergènes environnementaux, notamment le pollen, les acariens et les moisissures. Contrairement à la dermatite atopique humaine et canine, le rôle des IgE dans la pathogenèse de l’affection chez le chat n’est pas élucidé ; c’est pourquoi des publications récentes ont préconisé d’utiliser l’expression « dermatite féline liée à une hypersensibilité aux allergènes environnementaux » (hypersensibilité induite ni par les puces, ni par l’alimentation) 1. La nomenclature utilisée pour décrire l’allergie cutanée féline évolue et n’est pas universellement acceptée ; historiquement, elle a été appelée « atopie féline », « syndrome atopique félin », « dermatite atopique féline »… Par souci de cohérence, c’est ce dernier terme qui sera utilisé ici puisqu’il est familier pour les lecteurs et parce qu’en pratique, cette affection constitue le pendant clinique de la dermatite atopique canine.
 

 

 

Prêt à accéder à davantage de contenu ?

Quiconque travaillant dans le domaine vétérinaire peut s'inscrire et avoir accès au magazine Veterinary Focus.

Inscrivez-vous

Déjà inscrit ? Accédez ici