Magazine scientifiques et médicaux internationaux pour les professionels de la santé animale

Numéro du magazine 24.3 Nutrition

Nutrition du chat vieillissant

Publié 10/02/2021

Ecrit par Vincent Biourge et Denise Elliott

Aussi disponible en Deutsch , Italiano , Español et English

L’amélioration des soins, de la nutrition et des conditions de vie des animaux a entraîné une augmentation de l’espérance de vie des chiens et des chats au cours de ces 20 dernières années. Il a été démontré que l’alimentation et la bonne prise en charge nutritionnelle permettent d’améliorer, de retarder, de ralentir et même de prévenir les maladies couramment associées au vieillissement, et ainsi d’améliorer la qualité de vie des animaux âgés.

Points Clés

• Il a été démontré que l’alimentation et la bonne prise en charge nutritionnelle permettent d’améliorer, de retarder, de ralentir et même de prévenir les maladies couramment associées au vieillissement.   


• Les recommandations nutritionnelles pour les chats sains âgés doivent prendre en compte les besoins spécifiques de l’espèce féline, les effets du vieillissement sur la physiologie et le métabolisme, ainsi que les stratégies nutritionnelles pouvant aider à prévenir ou ralentir les processus pathologiques.


• Pour améliorer la longévité, la santé doit être favorisée dès le plus jeune âge. Les carences nutritionnelles, tout comme les excès, diminuent significativement l’espérance de vie.


• Il est important de maintenir les chats en état corporel optimal tout au long de leur vie. Il revient donc au vétérinaire d’évaluer l’alimentation et la prise en charge nutritionnelle des animaux vieillissants et d’établir des recommandations basées sur les dernières connaissances scientifiques.


Introduction

L’amélioration des soins, de la nutrition et des conditions de vie des animaux a entraîné une augmentation de l’espérance de vie des chiens et des chats au cours de ces 20 dernières années 1 2. Il a été démontré que l’alimentation et la bonne prise en charge nutritionnelle permettent d’améliorer, de retarder, de ralentir et même de prévenir les maladies couramment associées au vieillissement, et ainsi d’améliorer la qualité de vie des animaux âgés 3 4 5 6. Il revient donc au vétérinaire d’évaluer l’alimentation et la prise en charge nutritionnelle des animaux vieillissants et d’établir des recommandations basées sur les dernières connaissances scientifiques.

Beaucoup de maladies félines liées à l’âge (maladie rénale chronique, arthrose, diabète sucré, hyperthyroïdie, par exemple) se rencontrent plus fréquemment après 10 ans. Pour la plupart de ces maladies, en particulier chez le chat, les signes cliniques visibles apparaissent relativement tardivement dans le processus pathologique. La nutrition des chats âgés sains doit donc intégrer la prévention de ces maladies liées à l’âge. Les chats ont tendance à vivre plus longtemps que les chiens et il n’est pas rare de voir en consultation des chats âgés de plus de 15 ans. Cependant, comme chez l’Homme, selon les particularités génétiques et environnementales de chaque individu, l’âge chronologique ne correspond pas toujours à l’âge physiologique. Les recommandations nutritionnelles pour les chats âgés sains doivent prendre en compte les besoins spécifiques de l’espèce féline et les effets du vieillissement sur la physiologie et le métabolisme, et inclure des stratégies nutritionnelles pouvant aider à prévenir ou ralentir les processus pathologiques couramment liés à l’âge (Tableau 1) 1 7.

  • Fournir un aliment appétent et facile à manger
  • Fournir un aliment pour chats complet et équilibré
  • Maintenir un état corporel optimal
    + Niveau d’énergie basé sur l’état corporel et le statut sexuel du chat
    + Augmentation modérée des fibres alimentaires (équilibre des fibres fermentescibles et non fermentescibles)
  • Ralentir ou prévenir les processus pathologiques liés à l’âge
    + Maladie rénale
    ­   - Diminution des taux de phosphore alimentaire
    ­   - Augmentation des taux d’acides gras oméga-3 à chaîne longue (EPA+DHA)
    +  Diabète sucré
    ­   - Maintenir un état corporel optimal pour prévenir l’insulinorésistance
    ­   - Si le chat présente un risque d’insulinorésistance (certaines races (comme le Burmese) ou  surpoids (mâles castrés notamment), par exemple), réduire les taux de glucides et de lipides, et augmenter les taux de protéines et de fibres alimentaires
    +  Arthrose
    ­   - Moule verte, chondroïtine sulfate/glucosamine, taux accrus d’EPA/DHA
    +  Maladies inflammatoires chroniques
    ­   - Augmentation des taux d’antioxydants alimentaires (vitamine E, vitamine C, taurine, lutéine, carotènes, polyphénols, par exemple)

Tableau 1. Principaux objectifs du soutien nutritionnel des chats âgés 7 8.

Bien que cet article ait pour objet les besoins nutritionnels du chat sain vieillissant, rappelons que pour améliorer la longévité, la santé doit être favorisée dès le plus jeune âge. Les carences nutritionnelles, tout comme les excès, diminuent significativement l’espérance de vie, et il est important de maintenir les chats en condition corporelle optimale tout au long de leur vie 9 10. Ceci peut s’avérer difficile, notamment après une castration/stérilisation, mais il a été clairement démontré que les aliments formulés pour les chats castrés/stérilisés (à densité énergétique réduite, par exemple) ainsi que l’adaptation de la ration à l’état corporel de l’animal aident à atteindre cet objectif consistant à maintenir les chats en condition corporelle optimale tout au long de leur vie (Figure 1) 11.
Figure 1. Besoins énergétiques (en Kcal EM/kg de poids vif) et état corporel optimal tout au long de la vie (adaptés d’aprés (7), (8) et (9)).
Même l’aliment le plus rigoureusement formulé ne pourra bénéficier au chat âgé que si ce dernier accepte de le consommer. Il est donc essentiel de mettre un soin particulier à garantir la plus haute appétence, par l’association d’ingrédients de qualité, le choix minutieux des arômes, la taille des croquettes et la texture de l’aliment. Notons que les chats âgés ont plus de risques de souffrir de maladies responsables de polyurie/polydipsie et sont plus prédisposés aux boiteries, et il est donc essentiel de leur garantir un accès facile à de l’eau fraîche en permanence (Figure 2). 
Figure 2. Il est essentiel de garantir aux chats âgés un accès facile à l’eau fraîche. © Royal Canin 

Conséquence du vieillissement sur les besoins nutritionnels

Energie

Comme dans d’autres espèces, le vieillissement chez le chat est associé à une diminution de la masse maigre et à une augmentation de la masse grasse 1 12. La masse maigre représentant les tissus métaboliquement actifs de l’organisme, la dépense énergétique et les besoins énergétiques doivent a priori diminuer avec l’âge. Mais ce n’est pas vrai chez tous les chats, notamment ceux de plus de 12 ans. Un article indique en effet qu’un tiers des chats âgés montrent une baisse de leur capacité à digérer, notamment les lipides et les protéines 1. Ce fait est corroboré par la baisse de la prévalence de l’obésité chez les chats de plus de 10 ans (Figure 3) 9 13. C’est la raison pour laquelle il ne faut pas restreindre la teneur énergétique de tous les aliments senior ; la densité énergétique et l’apport énergétique doivent être ajustés pour maintenir un état corporel optimal. Comme point de départ, il est possible d’utiliser les recommandations suivantes (Figure 1) 7 9 :

  • Chat adulte (modérément actif – tous chats, castrés/stérilisés ou non) = 77,6 x PV 0,711 Kcal EM/kg
  • Chat adulte entier et chat mature (très actif) = 93 x PV 0,711 Kcal EM/kg
  • Chat en surpoids = 62 x PV 0,711 Kcal EM/kg

Figure 3. Effets de l’âge sur l’état corporel des chats (9,13).

Les variations individuelles et saisonnières pouvant être importantes chez le chat, l’apport énergétique doit être adapté à l’état corporel de chaque animal. L’espérance de vie est inférieure chez les chats dont l’état corporel est insuffisant ou excessif 10. L’état corporel insuffisant peut être un indicateur précoce de la présence d’un problème clinique qui ne permettra pas à l’animal de compenser les épisodes de jeûne couramment associés aux maladies. L’obésité quant à elle favorise les boiteries, les problèmes cutanés (le chat n’arrivant plus à faire sa toilette) ainsi que l’insulinorésistance (Figure 4) 9. Ainsi, le diabète sucré est une complication fréquente de l’obésité féline. L’utilisation de glucides comme source d’énergie dans les aliments pour chats est controversée. Le chat étant par nature un carnivore strict, il digère et métabolise moins bien les glucides que le chien ou l’Homme 14 15. Cependant, le chat s’adapte très bien à une alimentation riche en glucides bien cuits, et c’est l’obésité, plus que la consommation élevée de glucides, qui favorise l’insulinorésistance 14 15 16 17. Chez les chats en surpoids et diabétiques, une réduction des apports glucidique et énergétique associée à une augmentation de l’apport protéique peut permettre à la fois d’améliorer l’état corporel des animaux et les taux de rémission, et de réduire les doses d’insuline 17.

Figure 4. Les chats en surpoids et obèses ont plus de risque de développer un diabète sucré, une boiterie et des problèmes dermatologiques que les chats en état corporel optimal (respectivement environ quatre, cinq et deux fois plus de risques, sur une période de quatre ans) (9).

En plus d’être des sources d’énergie, les lipides sont également des sources d’acides gras essentiels 7. Il existe 2 familles d’acides gras essentiels, les oméga-6 (huiles végétales) et les oméga-3 (huile de soja, huile de lin, huile de poisson), et il est important de les équilibrer. Les signes précoces d’une carence en acides gras essentiels sont un pelage sec, emmêlé et terne. Il est bien démontré dans d’autres espèces (et l’hypothèse a été avancée chez le chat) que les acides gras oméga-3 à chaîne longue (EPA et DHA) d’huile de poisson contribuent au bon fonctionnement immunitaire et cognitif (apprentissage, mémoire, par exemple). Ils pourraient aussi réduire les processus inflammatoires (comme ceux observés lors d’arthrose et de dermatite), ralentir la progression de la maladie rénale et pourraient être bénéfiques dans la prévention du diabète sucré et du cancer 6 15 18. Les acides gras oméga-3 à chaîne courte (acide alpha-linolénique), comme ceux présents dans l’huile de lin, ne sont pas convertissables en EPA et DHA chez le chat (cette conversion est très peu efficace chez le chien) 7. L’acide gamma-linolénique (huile de bourrache, huile d’onagre), bien qu’étant un acide gras oméga-6, a également des effets anti-inflammatoires grâce à la voie des prostaglandines 1.

Protéines

Par le passé, il a largement été recommandé de restreindre les protéines alimentaires chez le chat âgé pour, croyait-on, aider à protéger la fonction rénale. Des recherches ont toutefois montré que la restriction protéique était inutile chez le chat âgé, même lors de maladie rénale débutante 18 19, et que la restriction du phosphore alimentaire et la supplémentation en EPA/DHA étaient les facteurs les plus importants pour ralentir la progression de la maladie rénale 18. Chez le chien, il a été démontré que les besoins protéiques augmentent avec l’âge 1. Aucune donnée ne nous permet d’affirmer qu’il en est de même chez le chat, mais comme le chat est un carnivore strict, ses besoins en protéines alimentaires sont beaucoup plus élevés quel que soit son âge 7. La qualité des protéines doit également être prise en compte. Une mauvaise digestibilité des protéines favorisera le développement d’une flore colique protéolytique (bactéries néfastes telles que Clostridium perfringens…), le ramollissement des selles et les odeurs fécales. Contrairement aux idées reçues, certaines protéines d’origine végétale, comme le gluten de blé, le gluten de maïs, l’isolat protéique de soja et l’hydrolysat de soja, sont très digestibles et ont une composition en acides aminés facile à équilibrer par le choix des ingrédients ; ils sont également pauvres en phosphore et constituent à ce titre des protéines de choix pour les aliments félins seniors.

Fibres alimentaires

Les fibres alimentaires sont essentielles pour la santé de l’appareil digestif (7). Elles contribuent à réguler le transit, bien qu’une quantité excessive (> 25 %) de fibres insolubles (non fermentescibles) puisse favoriser la constipation chez le chat âgé. Les fibres alimentaires contribuent à la satiété et permettent de limiter l’apport énergétique chez les chats ayant tendance à l’embonpoint (Figure 5) 20. Les fibres fermentescibles, aussi appelées prébiotiques, comme la pulpe de betterave, la pulpe de chicorée et les fructo-oligosaccharides, favorisent le développement d’une flore bénéfique et la production d’acides gras à courte chaîne, en particulier le butyrate, qui constituent une source d’énergie importante pour les colonocytes. Selon une étude récente, une association de fibres prébiotiques, d’acide linoléique, d’EPA/DHA et d’antioxydants pourrait accroître la longévité des chats par un meilleur maintien du poids, de la masse maigre, du nombre d’érythrocytes et de l’épaisseur cutanée 6. Notons que le taux de fibres alimentaires varie considérablement en fonction de la densité énergétique visée de l’aliment (15-90 g/1000 Kcal EM).

Figure 5. Les taux et les sources de fibres peuvent influer sur la consommation énergétique des chats nourris à volonté. L’aliment 2 contenait une source de fibres à forte capacité de rétention d’eau, captant rapidement l’eau dans l’estomac pour augmenter la satiété, réduisant ainsi la consommation énergétique (20). PB = protéines brutes FAT = fibres alimentaires totales.

Minéraux

Sachant que la restriction en phosphore a prouvé son efficacité dans le ralentissement de la progression de la maladie rénale et que la prévalence de la maladie rénale est très élevée chez les chats âgés, il est souvent recommandé de limiter les taux de phosphore des aliments seniors aux taux minimum recommandés (1,25-2,0 g/1000 Kcal) 1 18. Le rapport calcium/phosphore doit être adapté en conséquence. Un article indique que les taux de sodium alimentaire qui stimulent la diurèse (2,5-3,0 g Na/1000 Kcal) favoriseraient la progression de la maladie rénale 21, mais aucun article publié dans les revues à comité de lecture ne corrobore cette idée. Sur les cinq articles scientifiques s’intéressant à l’association entre la consommation de sodium et la progression de la maladie rénale chez le chat et le chien, quatre n’ont pu mettre en évidence aucune association 21 22 23 24 25, et l’affirmation selon laquelle les aliments riches en NaCl sont associés à une baisse progressive de la fonction rénale 26 a été contestée. L’hypokaliémie est fréquente chez les vieux chats, surtout chez les insuffisants rénaux, et les taux de potassium alimentaire ne doivent donc pas être trop proches des recommandations minimum, en particulier si l’aliment est acidifiant. Les calculs urinaires d’oxalate de calcium (OxCa) sont plus fréquents chez les chats âgés, mais la physiopathologie de l’urolithiase à OxCa demeure mal connue 27. Le pH urinaire est un mauvais facteur de prédiction de la saturation des urines en OxCa 27 28, mais la dilution urinaire favorisée par l’utilisation d’un aliment humide ou riche en sodium (0,25-0,30 g/1000 Kcal) est un moyen efficace de réduire la saturation en OxCa 27

Vitamines

Le stress oxydatif joue un rôle important dans de nombreuses maladies liées à l’âge, comme l’arthrose, les cancers, et les maladies cardiovasculaires et neurologiques. Un nombre considérable d’études réalisées chez l’Homme et les animaux semblent indiquer que les antioxydants ont un effet protecteur contre le stress oxydatif et les mécanismes physiologiques du vieillissement 1 6. Les études menées sur les antioxydants chez le chat ont décrit des effets bénéfiques sur les marqueurs du statut oxydatif 29 et il est donc raisonnable de recommander des quantités élevées de nutriments antioxydants. Les associations d’antioxydants (vitamines C et E, taurine, lutéine et polyphénols, par exemple) sont préférées pour leur effet synergique et leurs niveaux d’action multiples dans la cellule. Il semblerait également prudent de garantir aux chats âgés des apports suffisants en protéines et en oligoéléments, car ils sont nécessaires à la synthèse d’enzymes clés et de substrats intervenant dans les mécanismes antioxydants.

Autres nutriments

Plusieurs nutriments non essentiels ont été recommandés dans les aliments pour chats âgés, comme par exemple la L-carnitine pour son rôle dans l’utilisation des lipides. L’arthrose est très fréquente chez le chat âgé et, même si les propriétaires en décèlent mal les signes cliniques 30 et ne consultent donc pas toujours, une supplémentation peut s’avérer bénéfique pour l’animal. Une récente étude clinique randomisée en double aveugle a montré l’efficacité d’une association de moule verte, de glucosamine, de chondroïtine sulfate et d’EPA/DHA sur l’activité perçue et mesurée des chats arthrosiques 31.

Chez le chat âgé en bonne santé, les recommandations nutritionnelles doivent tenir compte des besoins spécifiques de l’espèce féline, favoriser le maintien d’un état corporel optimal et adapter et/ou apporter au besoin les nutriments qui aident à prévenir ou ralentir la progression des maladies liées à l’âge.

Bibliographie

  1. Laflamme DP. Nutrition for aging cats and dogs and the importance of body condition. Vet Clin North Am Small Anim Pract 2005;35:713-742.
  2. Kraft W, Danckert D. Development of the age structure of a cat population compared with the dog. Tierarztl Prax Ausg K Klientiere Heimtiere 1997;25:678-683.
  3. Elliott J, Rawlings JM, Markwell PJ, et al. Survival of cats with naturally occurring chronic renal failure: effect of dietary management. J Small Anim Pract 2000;41:235-242.
  4. Smith GK, Paster ER, Powers MY, et al. Lifelong diet restriction and radiographic evidence of osteoarthritis of the hip joint in dogs. J Am Vet Med Assoc 2006;229:690-693.
  5. Appleton DJ, Rand JS, Sunvold GD. Insulin sensitivity decreases with obesity and lean cats with low insulin sensitivity are at greater risk of glucose intolerance with weight gain. J Feline Med Surg 2001;3:211-228.[No text in field]
  6. Cupp CJ, Kerr WW, Jean-Philippe C, et al. The role of nutritional interventions in the longevity and maintenance of long-term health in aging cats. Intern J Appl Res Vet Med 2008;6:69-81.
  7. National Research Council. Nutrient requirements of dogs and cats. The National Academies Press, Washington, DC. 2006;1-373.
  8. Bermingham EN, Thomas DG, Morris PJ, et al. Energy requirements of adult cats. Br J Nutr 2010;103:1083-1093.
  9. Scarlett JM, Donoghue S. Overweight cats: prevalence and risk factors. Int J Obesity 1994;18:22-28.
  10. Scarlett JM, Donoghue S. Associations between body condition and disease in cats. J Am Vet Med Assoc 1998;212:1725-1731.
  11. Nguyen PG, Dumon HJ, Siliart B, et al. Effect of dietary fat and energy on body weight and composition after gonadectomy in cats. Am J Vet Res 2004;65:1708-1713.
  12. Taylor EJ, Adams C, Neville R. Some nutritional aspects of ageing in dogs and cats. Proc Nutr Soc 1995;54:645-656.
  13. Lund EM, Armstrong PJ, Kirk CA, et al. Health status and population characteristics of dogs and cats examined at private veterinary practices in the United States. J Am Vet Med Assoc 1999;214:1336-1341.
  14. Backus RB. Controversy over carbohydrates in diets for cats. In Proceedings, ACVIM Forum, Montreal, 2009;12-14.
  15. Lutz TA, Feline diabetes mellitus: dietary strategies. In: Pibot P, Biourge V, Elliott D (eds.) Encyclopedia of Feline Clinical Nutrition. Royal Canin, Aimargues, France. 2008;183-212.
  16. Slingerland LI, Fazilova VV, Plantinga EA, et al. Indoor confinement and physical inactivity rather than the proportion of dry food are risk factors in the development of feline type 2 diabetes mellitus. Vet J 2009;179:247-253.
  17. Slingerland LI, Robben JH, van Haeften TW, et al. Insulin sensitivity and beta-cell function in healthy cats: assessment with the use of the hyperglycemic glucose clamp. Horm Metab Res 2007;39:341-346.
  18. Elliott DA. Nutritional management of chronic renal disease in dogs and cats. Vet Clin North Am Small Anim Pract 2006;36:1377-1384.
  19. Finco DR, Brown SA, Brown CA, et al. Protein and calorie effects on progression of induced chronic renal failure in cats. Am J Vet Res 1998;59: 575-582.
  20. Servet E, Soulard Y, Venet C, et al. Evaluation of diets for their ability to generate satiety in cats. J Vet Intern Med 2008;22:808 (abst).
  21. Kirk CA, Jewell DE, Lowry SR. Effects of sodium chloride on selected parameters in cats. Vet Ther 2006;4:333-346.
  22. Greco DS, Lees GE, Dzendzel G, et al. Effect of dietary sodium intake on glomerular filtration rate in partially nephrectomized dogs. Am J Vet Res 1994;55:152-159.
  23. Buranakarl C, Mathur S, Brown SA. Effects of dietary sodium chloride intake on renal function and blood pressure in cats with normal and reduced renal function. Am J Vet Res 2004;65:620-627.
  24. Hughes KL, Slater MR, Geller S, et al. Diet and lifestyle variables as risk factors for chronic renal failure in pet cats. Prev Vet Med 2002;55:1-15.
  25. Xu H, Laflamme DPL, Long GL. Effects of dietary sodium chloride on health parameters in mature cats. J Feline Med Surg 2009;11:435-441.
  26. Elliott J, Lefebvre H. Letter to the editor of Vet Therapeutics. 2007.
  27. Biourge V. Sodium, urine dilution and lower urinary tract disease. In Proceedings, ACVIM forum. Louisville, KY. 2006;17-19.
  28. Van Hoek I, Tournier C, Garnier F, et al. Acidic urine does not promote urinary calcium oxalate supersaturation in healthy cats. In Proceedings ECVIM-CA congress, Porto. 2009; 83 (abst).
  29. Zicker SC, Wedekind KJ, Jewell DE. Antioxidants in veterinary nutrition. Vet Clin Small Anim 2006;36;1183-1198.
  30. Hardie EM, Roe SC, Martin FR. Radiographic evidence of degenerative joint disease in geriatric cats: 100 cases (1994-1997). J Am Vet Med Assoc 2002;220: 628-632.
  31. Lascelles BDX, DePuy V, Thomson A, et al. Evaluation of a therapeutic diet for feline degenerative joint disease. J Vet Intern Med 2010;42;487-495.
Vincent Biourge

Vincent Biourge

Le Dr Biourge est diplômé de la faculté de médecine vétérinaire de l'université de Liège (Belgique) depuis 1985. En savoir plus

Denise Elliott

Denise Elliott

Denise Elliott est diplômée de l’Université de Melbourne en 1991. En savoir plus

Autres articles de ce numéro

Numéro du magazine 24.3 Publié 25/03/2021

Le chat et les fibres alimentaires

Les nutritionnistes et les vétérinaires s’intéressent depuis des années aux fibres alimentaires en tant qu’ingrédient des aliments pour animaux ou en tant que complément.

par Allison Wara

Numéro du magazine 24.3 Publié 10/03/2021

Questions des propriétaires sur les aliments

Les vétérinaires et les ASV doivent quotidiennement répondre aux questions des clients concernant différents aspects de l’alimentation animale, dont beaucoup sont des rumeurs, des croyances ou des contrevérités.

par Cailin Heinze

Numéro du magazine 24.3 Publié 10/03/2021

Calcul de la teneur énergétique des aliments du commerce

Pourquoi est-il important de connaître la teneur énergétique des aliments ?

par Richard Butterwick

Numéro du magazine 24.3 Publié 04/03/2021

Comportement alimentaire du chien

Deux tendances sont devenues à la mode chez les propriétaires de chiens ces dernières années...

par Jon Bowen