Magazine scientifiques et médicaux internationaux pour les professionels de la santé animale

Numéro du magazine 24.3 Nutrition

Calcul de la teneur énergétique des aliments du commerce

Publié 10/03/2021

Ecrit par Richard Butterwick

Aussi disponible en Deutsch , Italiano , Español et English

Pourquoi est-il important de connaître la teneur énergétique des aliments ? Parce qu’en connaissant la teneur énergétique et la quantité d’aliment consommé par un animal, il est possible de déterminer son apport énergétique. 

Calcul de la teneur énergétique des aliments du commerce

Introduction

Pourquoi est-il important de connaître la teneur énergétique des aliments ? Parce qu’en connaissant la teneur énergétique et la quantité d’aliment consommé par un animal, il est possible de déterminer son apport énergétique. Ce qui permet en retour au vétérinaire d’être plus précis dans les recommandations de ration qu’il fait au propriétaire, conseils particulièrement importants lors d’une transition entre 2 aliments, ou la distribution simultanée de plusieurs aliments. Il n’est pas évident pour les propriétaires de comprendre que les quantités recommandées puissent varier selon les fabricants et que ces derniers puissent avoir des approches différentes pour estimer la teneur énergétique d’un aliment.

Connaître la teneur énergétique d’un aliment permet aussi de le comparer à d’autres, de façon précise. En se rapportant à la teneur énergétique, il est possible de comparer la teneur en nutriments, ou d’autres facteurs tels que le prix, entre plusieurs aliments assez différents, comme par exemple une formule humide et une formule sèche. Certains fabricants d’aliments précisent la teneur énergétique de leurs produits, mais les obligations légales varient d’un pays à l’autre et il n’existe pas de méthodologie de référence pour le calcul de la teneur énergétique. L’approche résumée dans le Tableau 1 propose un moyen systématique d’estimer la teneur énergétique de divers aliments pour chiens et chats.

 
Tableau 1. Facteurs influençant la quantité d’énergie dans l’aliment.
Formes d’énergie dans l’aliment 
L’énergie d’un aliment est exprimée en kilocalories (kcal) ou en kilojoules (kJ), 1 kcal équivalant à 4.182 kJ. Cette énergie s’envisage généralement à 3 niveaux différents.
L’énergie brute (EB) ; c’est l’énergie totale (thermique) libérée par l’oxydation complète de l’aliment. Mais même si la teneur en EB d’un aliment est élevée, elle peut être indigestible et donc indisponible pour l’animal.
Energie digestible (ED) ; c’est la quantité d’énergie digérée et absorbée par l’animal, qui correspond donc à l’EB moins les pertes fécales. L’ED n’est cependant pas entièrement disponible pour l’animal : une partie est éliminée dans l’urine après avoir été métabolisée par les tissus et les cellules.
Energie métabolisable (EM) ; c'est l’énergie utilisée par les tissus, qui se calcule en déduisant de l’ED les pertes urinaires. C’est la mesure d’énergie la plus intéressante pour un aliment car elle représente.

Les aliments ne contiennent pas tous la même quantité d’énergie, qui dépend principalement de la quantité d’humidité, de protéines, de lipides et de glucides présents, et – dans le cas des macronutriments – de leurs digestibilités respectives. Les aliments secs sont plus concentrés en énergie par unité de poids que les aliments humides : la teneur énergétique des aliments humides peut varier de 70 à 130 kcal/100 g d’aliment, et celle des aliments secs de 280 à 480 kcal/100 g.

Mesure de la teneur en énergie métabolisable (EM) des aliments 

La méthode de référence pour la mesure de l’EM consiste à réaliser une étude de digestibilité, mais cela prend du temps et a un certain coût, et de nombreux fabricants d’aliments n’ont pas la possibilité ou les moyens de faire ce type d’étude. Une alternative consiste à utiliser des équations de prédiction, qui offrent une bonne estimation de la teneur en EM de l’aliment. Ces équations sont nombreuses, mais elles utilisent toutes la même approche basée sur la quantité de protéines, de matières grasses, de glucides et de fibres de l’aliment, associée à des coefficients (et dans certains cas, d’autres facteurs) pour tenir compte de la digestibilité de l’aliment.

Interprétation des informations nutritionnelles figurant sur les emballages

Certaines de ces informations, mais pas toutes, peuvent figurer sur l’emballage de l’aliment. Il est important de vérifier que les valeurs nutritionnelles sont exprimées en pourcentage ou en g/100 g d’aliment. Il est également essentiel de vérifier que les valeurs fournies représentent des valeurs moyennes pour les nutriments en question. D’autres valeurs sont parfois déclarées (taux minimum ou maximum garantis, par exemple) et elles ne doivent pas être utilisées. Si l’emballage n’indique pas clairement de quelles valeurs il s’agit, il est conseillé de le vérifier auprès du fabricant.

Les valeurs nutritionnelles suivantes doivent être connues pour utiliser une équation de prédiction. Comme nous l’avons déjà dit, ces valeurs doivent être exprimées en pourcentages ou en g/100 g. Notons également que la fraction glucidique (extractif non azoté ou ENA) n’est pas toujours directement mesurée mais qu’elle peut se calculer par soustraction (Tableau 2).

  • Humidité
  • Protéine brute
  • Matière grasse
  • Glucides* (ENA)
  • Cendres brutes**
  • Fibre alimentaire brute

* si cette valeur n’est pas fournie, elle peut se calculer à partir des autres nutriments.

** parfois aussi appelées matières minérales ou inorganiques.

 
Tableau 2. Calcul de la teneur énergétique 1
Etape 1 : calculer la teneur en glucides (ENA) de l’aliment Glucides (g/100 g) = 100 - (Humidité + Protéine + Matière grasse + Cendres brutes + FAB)
Etape 2 : calculer la teneur en EB  EB (kcal/100 g) = (5,7 x Protéine) + (9,4 x Matière grasse) + (4,1 x [ENA + FAB])

Etape 3 : calculer le pourcentage de digestibilité

(NB : équations différentes pour les aliments chiens et chats)

Chat ; % de digestibilité de l’énergie = 87,9 – [(0,88 x FAB x 100)/(100 – % d’humidité)]
Chien ; % de digestibilité de l’énergie = 91,2 – [(1,43 x FAB x 100)/(100 – % d’humidité)]
Etape 4 : calculer la teneur en ED  ED = EB (résultat de l’étape 2) x % de digestibilité de l’énergie (résultat de l’étape 3) / 100

Etape 5 : calculer la teneur en EM

(NB : équations différentes pour les aliments chiens et chats)

Chat ; EM (kcal/100 g) = ED (résultat de l’étape 4) – (0,77 x Protéine)
Chien ; EM (kcal/100 g) = ED (résultat de l’étape 4) – (1,04 x Protéine)

Légende : EB = énergie brute – ED = énergie digestible – EM = énergie métabolisable 
FAB = fibre alimentaire brute – ENA = extractif non azoté

 
Royal Canin est heureux de vous annoncer le lancement d’une application qui va vous aider à calculer la teneur en énergie métabolisable estimée des aliments pour chiens et chats, à partir de l’analyse des nutriments. Rendez-vous aux adresses ci-dessous pour en savoir plus :
 
 

References

  1. Nutrient requirements of dogs and cats (2006); National Research Council, National Academies Press, Washington DC.
Richard Butterwick

Richard Butterwick

Richard Butterwick, Conseiller international en nutrition, WALTHAM Centre for Pet Nutrition, Waltham, Royaume-Uni En savoir plus

Autres articles de ce numéro

Numéro du magazine 24.3 Publié 25/03/2021

Le chat et les fibres alimentaires

Les nutritionnistes et les vétérinaires s’intéressent depuis des années aux fibres alimentaires en tant qu’ingrédient des aliments pour animaux ou en tant que complément.

par Allison Wara et Craig Datz

Numéro du magazine 24.3 Publié 10/03/2021

Questions des propriétaires sur les aliments

Les vétérinaires et les ASV doivent quotidiennement répondre aux questions des clients concernant différents aspects de l’alimentation animale, dont beaucoup sont des rumeurs, des croyances ou des contrevérités.

par Cailin Heinze

Numéro du magazine 24.3 Publié 04/03/2021

Comportement alimentaire du chien

Deux tendances sont devenues à la mode chez les propriétaires de chiens ces dernières années...

par Jon Bowen

Numéro du magazine 24.3 Publié 10/02/2021

Nutrition du chat vieillissant

L’amélioration des soins, de la nutrition et des conditions de vie des animaux a entraîné une augmentation de l’espérance de vie des chiens et des chats au cours de ces 20 dernières années.

par Vincent Biourge et Denise Elliott